Dans les bordels des camps nazis

What happened to lesbians in concentration camps? Another bad excuse for rape and sexual violence on women erased from history- I am beginning to suspect, it is erased so it can continue as business as usual. Rape and Domestic violence are hate crimes on women.

Sans Compromis

A l’occasion des 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 1945, revenons sur la double violence du système prostitueur forcé à l’intérieur des camps nazis. Les femmes qui sont “choisies” sont des prisonnières non-juives, dites “asociales” (dont des homosexuelles). Les nazis promettent, pour encourager certaines à se prostituer, d’être libérées au bout de 6 mois, ce qui ne sera évidement pas le cas. Elles sont destinées aux prisonniers non racisés, non juifs, les plus méritants, de manière à ne pas créer de solidarité entre ces derniers et d’augmenter le rythme de productivité. Des bordels sont spécialement destinés aux SS, d’autres pour les ouvriers des camps. 

Encore une dimension de l’histoire concernant les femmes, qui est trop souvent tue, “dont la violence est minimisée pour rester concentrer sur l’horreur”. 

media_xl_823410

Revenons sur cet article de Libération, datant du 10/09/2009 :

Dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, à peine franchi le tristement célèbre portail «Arbeit Macht Frei»

View original post 1,790 more words

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s